7 oct. 2016

EFFRONTÉMENT - festival Paroles et Musiques


C’était en mai dernier
c'était le tout début de ma route
de la route que j’ai prise maintenant, de cette nouvelle période
j’étais arrivée un peu perdue au festival
je savais que toute une traversée m'attendait 
et je ne savais pas encore comment remonter sur scène
à cause de mes yeux qui changeaient de couleur tous les matins
même si je savais bien que la vraie couleur de mes yeux c'est : changeante 

j'avais perdu mon bleu de travail
j'avais attrapé n'importe quoi d'autre d'un peu protecteur 
c'était tombé sur un kimono

il y avait cette équipe de vidéo dans la salle
ils m’ont demandé si je voulais jouer quelque chose
juste avant le concert
mais on n'avait pas beaucoup de temps
j’ai dit oui
et j’ai choisi cette chanson
qui parle d'échos dans la nuit
cette chanson qui ne m’avait plus laissée dormir
qui parlait de résistance, de courir et de voler tout ce qu’on pouvait
qui s’était mise à déborder dès que je l’avais prise entre les mains
comme un caillou dans ces histoires 
où le caillou devient une source, puis une fontaine, une rivière, un lac, un océan
et où l’eau envahit tout, le pays, le sorcier, le monde se noient
les royaumes tombent
et c’est bien mieux ainsi

au départ cette chanson ce n’est pas la mienne bien-sûr
enfin comme toutes les chansons elle appartient à tout le monde
avec ses détours et ses hantises aquatiques
moi tu parles que ça m’a parlé
ça me dégoulinait de partout
je disais en la présentant sur scène
que c’était comme une casserole de lait qu’on a laissée sur le feu
me voilà donc 
en train de chanter "Effrontément"
ma reprise de "La Nuit Je Mens", de Bashung
pieds nus et en kimono dans la petite salle aux fauteuils rouges de St Etienne




merci à AUUNA de l’avoir capturée
merci au Festival Paroles et Musiques de l’avoir accueillie 


Aucun commentaire: